RAMBEAU Frédéric, Archaïsmes et néo-archaïsmes chez Deleuze et Guattari

Semestre 1
Intensif (en janvier)
Master ouvert Licence
Dates de l’intensif : Du lundi 10 au vendredi 14 janvier 2022
 
RAMBEAU Frédéric
Archaïsmes et néo-archaïsmes chez Deleuze et Guattari
 
La question de l’archaïsme revient aujourd’hui comme un leitmotiv. Dans le discours dominant qui entend discréditer les oppositions ou les résistances aux réformes néo-libérales (« il faut être moderne… » etc.), mais aussi dans les faits : la ritualisation et la fétichisation des existences en leurs appartenances, la (ré)affirmation croissante des identités collectives de type religieux ou national-étatistes. Il s’agira de ressaisir cette relation entre capitalisme et archaïsme, à partir de la double tendance contradictoire du capital décrite par Marx et de l’interprétation qu’en ont proposé Deleuze et Guattari : le double processus simultané de « déterritorialisation » et de « reterritorialisation ». Qu’est-ce qu’un « archaïsme à fonction actuelle » ? Les potentialités émancipatrices des questions minoritaires sont-elles inséparables de ces reterritorialisations compensatoires ? Et quel rôle joue l’État dans ce nouage entre universalité machinique et singularité archaïque ?
 

Indications bibliographiques :

  • Deleuze et Guattari,
  • — L’Anti-Œdipe, « Sauvages barbares civilisés », Minuit, 1972
  • — Mille Plateaux, « Appareils de capture », Minuit, 1980
  • Lévi-Strauss, « La notion d’archaïsme en ethnologie », in Anthropologie structurale, Pocket, 2003
  • Karl Marx, Le Capital  : livre III, troisième section « loi de la baisse tendancielle du taux de profit » (en particulier chapitre XV), ed. Sociales, 1974, p. 225- 272, 263). Livre I, huitième section « l’accumulation primitive », in Œuvres Gallimard, Pléiade, t.1 p.1167-1240).