PIAZZESI Benedetta, La connaissance des animaux

Semestre 1
Vendredi 9h-12h
Licence, Master
 
PIAZZESI Benedetta
La connaissance des animaux 
 
Dans ce cours nous nous attacherons aux débats sur l’intelligence animale de l’Âge classique jusqu’à nos jours. L’histoire de la philosophie et l’histoire des sciences seront alors mobilisées autour d’une question majeure : les animaux sont-ils des sujets ou seulement des objets de connaissance ? Si à l’Âge classique il en va du statut ontologique des animaux, à l’époque moderne le débat se déplace sur un registre gnoséologique. Admis que les animaux ne sont pas des choses, il faudra alors établir les limites de leur intelligence : reçoivent-ils les impressions de façon passive ou donnent-ils une forme subjective à leur expérience ? Après l’étude des positions classiques et modernes sur ce problème (Descartes, Marin Cureau de La Chambre, Condillac, Leroy, Kant, Darwin), nous nous focaliserons autant sur les nouvelles perspectives éthologiques ouvertes au début du XIXe siècle (von Uexküll, Lorenz, Buytendijk) que sur leurs répercussions dans la philosophie contemporaine (Heidegger, Merleau-Ponty, Canguilhem).
 

Indications bibliographiques :

  • Florence Burgat (dir.), Penser le comportement animal. Contribution à une critique du réductionnisme, MSH/Quæ, Paris 2010.
  • Frederik Jacobus Johannes Buytendijk, L’homme et l’animal, essai de psychologie comparée, Gallimard, Paris 1965.
  • Georges Canguilhem, La connaissance de la vie, Hachette, Paris 1952.
  • Konrad Lorenz, « La Doctrine kantienne de l’a priori à la lumière de la biologie contemporaine » (1941), in L’Homme dans le fleuve du vivant, Flammarion, Paris 1981.
  • Maurice Merleau-Ponty, La structure du comportement, PUF, Paris 1942.
  • Jakob von Uexküll, Mondes animaux et monde humain, suivi de Théorie de la signification, Denoël, Paris 1965.