CASTEL Orianne, Modernisme et post-modernisme dans l’objet-tableau

Semestre 2
Mercredi, 15h-18h
Licence 1, Cours mutualisé « Approches d’une œuvre », UFR Arts, Philosophie, Esthétique
 
CASTEL Orianne
Modernisme et post-modernisme dans l’objet-tableau
 
Ce cours de philosophie de l’art se propose d’interroger le passage d’une conception moderniste à une conception postmoderniste à l’intérieur de l’objet-tableau. Clement Greenberg définit le modernisme en art comme l’autocritique d’une discipline qui s’interroge sur son essence pour atteindre sa vérité. En peinture, ce travail réflexif passe par une mise en avant des propriétés de l’objet-tableau mais, en se concentrant sur ses propres spécificités, la peinture se coupe de la société. Les artistes du post-modernisme s’opposent à cette conception de l’art comme un domaine à part et ce refus s’effectue souvent par le biais d’un décloisonnement disciplinaire (installations, dispositifs, performance, etc.). Penser la société au sein de la peinture réduite à son cadre, à son châssis et à sa toile a pourtant été l’enjeu de la peinture politique française des années soixante. Ainsi, les groupes BMPT et Support-Surface ont introduit marxisme et psychanalyse à l’intérieur du tableau. C’est le rapport au modernisme de ces œuvres postmodernistes qu’il s’agira d’analyser dans le cadre de ce cours.
 

Indications bibliographiques :

  • Arthur Danto, L’art contemporain et la clôture de l’histoire
  • Clement Greenberg, Art et Culture, Essais critiques
  • Rosalind Krauss, L’originalité de l’avant-garde et autres mythes modernistes