CANY Bruno, Le théâtre de la pensée (II) : Diderot

Semestre 2
Vendredi 12h-15h
Licence ouvert Master
 
CANY Bruno
Le théâtre de la pensée (II) : Diderot
 
La vérité est bien trop riche et complexe pour être portée par un discours réducteur, fusse-t-il celui de la raison et du concept. Clef d’une bonne appréhension de la pensée polysémique de Diderot, cette hypothèse à des implications sur son si singulier et déroutant philosopher. Diderot est de ses rares philosophes qui se refusent à cantonner la philosophie au rationnel, mais lui font englober également l’irrationnel. Comme Platon avant lui, il assume l’aporie d’une philosophie qui se pense « science » mais s’exerce comme « art ». Et comme tous les grands philosophes qui inventent une langue qui leur est adéquate, Diderot crée une langue philosophique qui se pense fiction, tableau, dialogue. Le détour vers son théâtre et ses écrits sur le théâtre est donc une nécessité pour qui veut comprendre la poétique de son « Théâtre de la vérité ».
 

Indications bibliographiques :

  • Y. Belaval, L’esthétique sans paradoxe de Diderot 
  • C. Duflo, Diderot philosophe
  • Diderot, Le Fils naturel – Le Père de famille – Est-il bon ? Est-il méchant ? (GF n°1177)
  • Diderot, Entretien sur Le Fils naturel – De la poésie dramatique – Paradoxe du comédien (GF n°1178)
  • Platon, République