CANY Bruno, Jean-François Lyotard, les couleurs de l’anesthétique

Semestre 2
Mercredi 12h-15h
Master ouvert Licence
 
CANY Bruno
Jean-François Lyotard, les couleurs de l’anesthétique
 
Que l’art – y compris littéraire – est réfractaire à toute réduction, catégorie et autre définition. Que le Figural, dans les arts du visible, et la « Quasi-phrase », dans les arts du langage, participent à cette même résistance à l’ontologie, et sont deux noms possibles pour dire cet innommable, voilà qui est entendu. S’inscrivant, d’autre part, dans la filiation duchampienne, J.-F. Lyotard acte la fin de l’esthétique, telle qu’elle fut conçue dans le sillage des Lumières, pour mieux la refonder sous le nom d’anesthétique, œuvre d’un philosophe « démuni », d’un philosophe écrivain – voilà qui est à clarifier. Nous étudierons comment ces deux débats se croisent et se recoupent dans son dialogue avec l’œuvre (elle-même dialogique) de Karel Appel à propos de la question de la couleur, « l’art des couleurs est une ascèse où s’enseigne que quelque chose est donné que la pensée n’a pas demandé ».
 

Indications bibliographiques :

  • J.-F. Lyotard, Discours, figure
  • J.-F. Lyotard, Les transformateurs Duchamp
  • J.-F. Lyotard, Karel Appel. Un geste de couleur
  • A.G. Baumgarten, Esthétique