RAMBEAU FRÉDÉRIC, Confiance et croyance

2020-2021 — Semestre 2
Vendredi 12h-15h
Licence ouvert Master

RAMBEAU FRÉDÉRIC
Confiance et croyance

Ce cours propose d’interroger les relations entre confiance et croyance à partir d’un double point de départ : la croyance comme la confiance sont des concepts qui se divisent, et le principe de ces divisions ne réside pas dans l’objectivation de leurs formes positives, mais dans les modes de subjectivation qui y sont engagés. Nous n’aurions nul besoin de croire si nous ne souhaitions résoudre l’écart entre l’évaluation subjective et la norme du monde. Mais la résolution de cet écart passe-t-elle forcément par la promesse du salut et d’une éternité potentielle du sujet ? Nous n’aurions nul besoin de confiance si nous ne prenions le risque de nous engager dans une action dont rien ne garantit le résultat. Mais la confiance implique-t-elle pour autant que les possibles, même improbables, soient toujours prédictibles ? Que peuvent une confiance invérifiable dans l’imprévisibilité même du futur, et une croyance immanente, en soi-même, au monde.

Indications bibliographiques :

  • Alain Badiou, Théorie du sujet, Seuil, 1982
  • Gilles Deleuze, L’Image-Temps, Minuit, 1985
  • Jacques Derrida, Foi et savoir, Seuil 1996/2001
  • William James, La volonté de croire, Les empêcheurs de tourner en rond/Le Seuil, 2001 Montaigne, Essais (livre III, XIII), Puf « Quadrige », 1990