MUR QUENTIN, Une anthropologie de la limite : La tératologie

2020-2021 — Semestre 1
Lundi 9h-12h
Licence, Master

MUR QUENTIN
Une anthropologie de la limite : La tératologie

Ce cours intitulé une anthropologie de la limite : la tératologie aura pour objectif d’interroger une histoire de la raison au prisme de l’anthropologie disciplinaire à partir des grands discours et des grandes figures de la monstruosité. Qu’est-ce qu’un monstre ? Quels sont les discours et les lieux par lesquels ceux-ci passent pour constituer un objet qui n’existe pas à priori. Nous verrons que la tératologie est le point de départ des notions de variation, transformation et métamorphose polarisant des débats épistémologiques qui ont stabilisé ces concepts. Notre objectif consistera à élaborer ce que Roy Wagner nomme une reversal-anthropology présente au sein de son livre L’invention de la culture qui par-delà nature et culture déconstruit les objets culturels et s’oppose en cela au sémio-capitalisme.

Indications bibliographiques :

  • Gilles Deleuze et Félix Guattari : L’Anti-Œdipe – Capitalisme et schizophrénie, Paris, Les Éditions de Minuit, coll. « Critique », 1972, 494 p.
  • Silvia Federici : Caliban et la sorcière. Femmes, corps et accumulation primitive. Entremonde/Senonevero, Genève- Paris/Marseille, 2014
  • Michel Foucault : Les Anormaux (1974-1975), Paris, Gallimard, 1999, 351 p.
  • Julia Kristeva : Pouvoirs de l’horreur. Essai sur l’abjection, Seuil, 1980
  • Gilbert Lascaut : Le Monstre dans l’art occidental : Un problème d’esthétique. Klincksieck, 1963 Roy Wagner : L’invention de la culture, Paris, Zones sensibles, 2014, 224 p.