LÜTKEMEIER Henri, La Science de la Logique de G.W.F. Hegel (I)

2020-2021 — Semestre 1
Mercredi 18h-21h
Licence, Master

LÜTKEMEIER Henri
La Science de la Logique de G.W.F. Hegel (I)

Ce cours proposera une lecture suivie de la Science de la Logique (1812-1816) de Hegel. Dans ce livre, Hegel présente la philosophie comme réflexion sur son devenir. Non seulement cette réflexion coïncide avec une expérience de la conscience – c’était le thème de la Phénoménologie de l’Esprit (1807) –, mais elle cherche aussi à poser une relation entre les formes de la pensée et l’identité de ses objets, de son terrain – une question de la logique. Or, Hegel montre que le concept de la logique auquel on est parvenu jusqu’à lui donne cette identité uniquement au prix d’une abstraction, qui limite à tort la pensée dans sa forme logique à l’être, sans réfléchir ni son rapport au concept, ni son rapport au sens. Dans le sillage de cette démonstration, la philosophie a cessé d’être une philosophie de l’identité, une pensée identitaire, si bien que pour nous, l’auto-interprétation philosophique ne s’avère pas comme défaut. Le lieu de cette démonstration, le deuxième livre de la Science de la Logique, sera la première préoccupation de ce cours. La question qui nous oriente est la suivante : si Hegel met en place une critique de la logique, en cherchant la confrontation notamment avec Kant et Aristote, cette critique inaugure-t-elle une séparation entre la profession logique et la vérité en philosophie, ou bien la fondation d’une dimension logique par-delà sa supposée abstraction ?
Le cours se poursuivra au second semestre.

Indications bibliographiques :

  • Adorno Theodor, Trois études sur Hegel, Payot, Paris 2003.
  • Derrida Jacques, « De l’économie restreinte à l’économie générale », dans L’Écriture et la différence, Paris, Seuil, 1967.
  • Günther Gotthard, The Logical Parallax, http://www.vordenker.de/gunther_web/gg_logical-parallax.pdf.
  • Hegel G.W.F., Science de la Logique, traduction de Jarczyk/Labarrière.
  • Kant Immanuel, « De l’amphibologie des concepts de la réflexion », dans La Critique de la Raison pure.