IRRERA ORAZIO, Des mauvais sujets à l’individu dangereux. Les subjectivités hors-norme chez Michel Foucault

2020-2021 — Semestre 1
Vendredi 15h-18h
Master

IRRERA ORAZIO
Des mauvais sujets à l’individu dangereux. Les subjectivités hors-norme chez Michel Foucault

Dans ce cours seront analysées les principales formes de subjectivation hors-norme, ou contre les normes, qu’on retrouve dans les recherches de Michel Foucault tout au long des années 1970. Il sera donc question de suivre les tentatives visant à esquisser une histoire politique de la subjectivité en Occident à partir des partages opérés au nom de la folie, de la maladie, de la délinquance, ainsi que leurs effets sur la constitution d’un sujet raisonnable et normal. À travers une lecture serrée de textes inédits ou déjà publiés, il s’agira de comprendre comment Foucault aborde le rapport entre subjectivation et norme en dehors d’un cadre conceptuel archéologique qui, comme dans les années 1960, est principalement marqué à cet égard par les notions de transgression et de limite. C’est pourquoi nous nous focaliserons plutôt sur la manière dont, durant les années 1970, en insistant sur toute une multiplicité de subjectivités hors-norme, Foucault cherche à interroger la production de vérité qui leur est sous-jacente (autorisant le partage normal/anormal), à partir de l’articulation de ses matrices épistémologiques et juridico-politiques. Sous cet angle, ce cours retracera les déplacements théoriques et généalogiques qui ont infléchi les recherches foucaldiennes sur ces figures hors-norme (dont il faudra à chaque fois questionner la spécificité du statut théorique, méthodologique et politique), figures comme celles du « criminel-ennemi social » (La société punitive) ; des « mauvais sujets » (manuscrit préparatoire inédit de Surveiller et punir) ; de la grande famille, indéfinie et confuse, des « anormaux » (« le monstre » ; « l’incorrigible » ; « l’onaniste », traités dans le cours éponyme) ; ou encore de « l’individu dangereux » présupposant l’émergence d’un dispositif médico-judiciaire qui intègre la criminologie et l’expertise psychiatrique aux pratiques pénales.

Indications bibliographiques :

  • M. Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975.
  • ––––––––––, La société punitive. Cours au Collège de France. 1972-1973, Paris, Ehess-Gallimard-Seuil, 2013.
  • ––––––––––, Le pouvoir psychiatrique. Cours au Collège de France. 1973-1974, Paris, Ehess-Gallimard-Seuil, 2003.
  • ––––––––––, Les anormaux. Cours au Collège de France. 1974-1975, Paris, Ehess-Gallimard-Seuil, 1999.
  • ––––––––––, Mal faire, dire-vrai. Fonction de l’aveu en justice. Cours de Louvain, 1981, Chicago/Louvain, University of Chicago Press/Presses Universitaires de Louvain, 2012.
  • ––––––––––, « L’évolution de la notion d’individu dangereux dans la psychiatrie légale du XIXème siècle », Dits et écrits II, 1976-1988, Paris, Gallimard, 2001, pp. 443-464.