CANY BRUNO, Se saisir des couleurs

2020-2021 — Semestre 2
Mercredi 12h-15h
Licence, Master

CANY BRUNO
Se saisir des couleurs

Tantôt matière, tantôt lumière, relevant de la sphère de la sensation et de la conscience qui s’en saisit, toute couleur est également un objet de langage, soit une abstraction qui ne s’abstrait pourtant jamais totalement du monde empirique. Nous nous proposons donc d’explorer le monde sensuel et sériel de l’impossible définition de la couleur, toujours plurielle qui plus est : celui où se rencontrent la couleur connue (chimique, de la science et de l’industrie), la couleur perçue (et sa petite sœur la couleur représentée), la couleur nommée (et ses usages symboliques et poétiques). Et nous nous confronterons à la question : Comment penser la couleur ? Comment appréhender le problème qu’elle pose à la pensée conceptuelle ? Pour nous guider, nous étudierons deux grands coloristes : un peintre (Van Gogh) et un écrivain (Chesterton).

Indications bibliographiques :

  • Michel Pastoureau, Bleu, Seuil, 2000, Noir, 2008, Vert, 2013 ; Rouge, 2016 ; Jaune, 2019.
  • Vincent Van Gogh, Correspondance générale, Gallimard/Biblio, 1990 (3 vols). Lettres à son frère Théo, Grasset, 1937. G.-K. Chesterton, La clairvoyance du Père Brown in Les Enquêtes du Père Brown, Omnibus, 2008 ; Le Retour de Don Quichotte, L’Age d’homme, 1982 ; etc.
  • Goethe, Traité des couleurs, trad. Henriette Bideau Triades, 2000. Matériaux pour l’histoire de la théorie des couleurs, trad. Maurice Elie, Presses Universitaires du Mirail, 2003.
  • Ludwig Wittgenstein, Remarques sur les couleurs, trad. Gérard Granel, T.E.R., 1984.