CANY BRUNO, Artaud : la scène de l’homme hiéroglyphe et le Corps sans organes ?

2020-2021 — Semestre 2
Vendredi 12h-15h
Licence, Master

CANY BRUNO
Artaud : la scène de l’homme hiéroglyphe et le Corps sans organes ?

Antonin Artaud est un penseur de la contradiction et une personnalité profondément duelle. Pour saisir sa pensée, il nous faudra penser la dualité poésie/théâtre : savoir comment le théâtre de « l’homme hiéroglyphe » offre le corps concret que ne parviennent à saisir ni la pensée abstraite des concepts, ni la métaphore de la « scène de la pensée » ; puis (simultanément) comment la poésie offre au corps théâtral sa dimension métaphysique – et cela depuis ses pièces poétiques de L’Ombilic des limbes (1925) jusqu’aux grands textes des dernières années (1946-1948), avec leur scène expérimentale, la page de ses Cahiers, lieu d’émergence du « Corps sans organes » – ; et enfin, l’inscription de cette découverte du corps métaphysique au cœur du dispositif pragmatique emprunté à la magie.

Indications bibliographiques :

  • Antonin Artaud, L’Ombilic des limbes, Le Théâtre et son double, Héliogabale ou l’Anarchiste couronné, Les Tarahumaras, Pour en finir avec le jugement de Dieu, Suppôts et suppliciations, etc.
  • Monique Borie, Antonin Artaud, le théâtre et le retour aux sources, Gallimard, 1989.
  • Gilles Deleuze, L’Anti-Œdipe, Minuit, 1972 ; Mille plateaux, Minuit, 1980.
  • Jacques Derrida, L’écriture et la différence, Seuil, 1972 ; Artaud le Moma, Galilée, 2002.