Table ronde. Lectures contemporaines du Discours de la servitude volontaire d’Etienne de La Boétie. 19 oct. 2022

Dans le cadre du cours de Patrice Vermeren de M1 Initiation à la recherche
« Qu’est-ce qu’une institution philosophique ? »
Mercredi 19 octobre 2022, 15 h
Salle C103
, Université Paris 8 (ouvert à tous)
Séance organisée en collaboration avec Claudia Guttierez (Université du Chili)

Table ronde
Lectures contemporaines du Discours de la servitude volontaire d’Etienne de La Boétie

À l’occasion de sa réédition dans la collection Critique de la Politique, éditions Klincksieck

Avec les interventions de Michèle Cohen-Halimi (Université Paris 8, directrice de la collection), Marie Cuillerai (Université Paris Cité), Elena Donato (Université de Buenos Aires), Bertrand Ogilvie (Université Paris 8), Emmanuel Romero (Université de Buenos Aires), Juan-Pablo Yanez (Université Paris Cité).

 

Participer à la réunion Zoom
https://zoom.us/j/95708775244?pwd=VWVmelVQTm5QRzkvSW1ScG40Vjh3QT09
ID de réunion : 957 0877 5244
Code secret : 068611

Penseur météorique, auteur d’une hypothèse aussi subversive que scandaleuse, Étienne de La Boétie est âgé de dix-huit ans lorsqu’il écrit un texte que son ami Montaigne intitulera plus tard Discours de la servitude volontaire et auquel les calvinistes donneront le titre régicide de Contre Un.
L’hypothèse de la « servitude volontaire » inaugure une des enquêtes les plus vertigineuses sur la domination puisqu’elle interroge le « vice monstrueux » conduisant les dominés à consentir à leur servitude, et même à combattre pour elle. Selon un mouvement d’analyse inconnu jusqu’alors, La Boétie questionne la capture dangereuse du désir par le nom d’Un et ouvre le passage du psychique au politique. Interrogation intempestive de notre rapport au politique, médiateur de la dimension d’énigme de la domination, le Discours de la servitude volontaire n’a jamais cessé d’ouvrir et de déplacer le périmètre de sa réception.
Le parti pris de cette édition est de croiser l’interprétation d’une historienne (Arlette Jouanna) avec celles d’un anthropologue (James C. Scott), d’un écrivain (Pascal Quignard) et de trois philosophes (Miguel Abensour, André Pessel et Francine Markovits) pour que l’entrée dans la lecture suive une découpe pluridisciplinaire, prometteuse de nouvelles lumières.

Ouvert à tou·te·s.