RENAULT Matthieu. Psychopathologie de la race : une contre-généalogie

2019-2020
Semestre 1
Mercredi 18h-21h
Licence, Master

RENAULT Matthieu
Psychopathologie de la race : une contre-généalogie

Si l’histoire des rapports de la psychiatrie avec les théories scientifiques de la race et les pratiques de domination qu’elles ont appuyées restent largement à retracer, a fortiori l’est ce qu’on pourrait appeler une contre-généalogie des appropriations antiracistes de la psychiatrie, puis de la psychanalyse. Il est courant de voir dans le travail clinico- politique de Frantz Fanon le moment originel, et encore original, d’une telle subversion critique. C’est cependant oublier que les réflexions de Fanon sont à cet égard un point d’arrivée non moins qu’un point de départ, au sens où elles puisent à deux sources au moins. 1) La première est l’approche psychopathologique des idées-préjugés raciaux qui se développe en France au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, de concert avec la « révolution copernicienne » (Balibar) consistant dans la substitution à la catégorie « objective » de race de celle « subjective » de racisme. Henri Baruk thématisant les « délires antisémites », et Octave Mannoni analysant le « complexe de Prospero » des colons français de Madagascar, sont les deux figures clés d’un tel renversement anthropologique dans le champ psychiatrique et psychanalytique. 2) La deuxième source, qui nous retiendra plus longuement, est la pensée africaine-américaine, à commencer par la conceptualisation de la « double conscience » du Noir américain par W. E. B Du Bois, qui emprunte et détourne un motif central de la littérature psychiatrique de l’époque. Héritier de Du Bois, Richard Wright opère dans ses romans et ses essais, une authentique traduction de la psychanalyse freudienne du point de vue noir, laquelle va ensuite nourrir, à des degrés divers, les œuvres de Ralph Ellison, James Baldwin et d’autres. D’une telle généalogie minoritaire de la psychiatrie et de la psychanalyse, nous tâcherons dans ce cours d’esquisser les contours en examinant les modalités de leur reconfiguration en contre-savoirs au service de la lutte contre les discriminations raciales.

Indications bibliographiques :

  • Henri Baruk, Précis de psychiatrie. Clinique, psychophysiologie, thérapeutique, Paris, Masson et Cie, 1950.
  • W. E. B. Du Bois, Les Âmes du peuple noir, Paris, La Découverte, 2007 (1903).
  • Frantz Fanon, Peau noire, masques Blancs, Paris, Le Seuil, 1995 (1952).
  • Frantz Fanon, Écrits sur l’aliénation et la liberté, Paris, La Découverte, 2018.
  • Octave Mannoni, Prospero et Caliban. Psychologie de la colonisation, Paris, Éditions universitaires, 1987 (1950).
  • Richard Wright, Black power. Three books from Exile : Black power, The Color Curtain, and White man, Listen !, New York, Harper Perennial Modern Classics, 2008.
  • Richard Wright, Le Dieu de mascarade (Savage Holiday), Paris, Del Duca, 1955 (1954).