MANSELLA Diletta, Jacques Rancière lecteur et critique de Gilles Deleuze : le cinéma en jeu

Semestre 1
jeudi 18h-21h
Master ouvert Licence
 
MANSELLA Diletta
Jacques Rancière lecteur et critique de Gilles Deleuze : le cinéma en jeu
 
La philosophie de Deleuze est un champ d’exploration qui retient à plusieurs reprises l’attention de Rancière. Dans ce cours, il sera question de parcourir les moments saillants de la critique que Rancière adresse à l’idée de cinéma qui émerge des livres de Deleuze. Ce cheminement fera pointer, dans un premier temps, la création conceptuelle qui accompagne la critique de Deleuze par Rancière.
L’opposition entre l’image-mouvement et l’image-temps situe, aux yeux de Rancière, la théorie deleuzienne dans un espace qui demeure, malgré tout, problématique du point de vue de son historicité. C’est pourquoi, d’après Rancière, Deleuze a tendance à construire sur le plan théorique une supposée crise de l’image-mouvement que l’on ne peut jamais réellement voir, ni dans les films d’Hitchcock, ni dans d’autres films. En contraste avec cette démarche, se dresse le concept de sensible.
Sensible, intelligible et historicité de leurs rapports voici autant de concepts qui structurent l’idée de l’art du cinéma chez Rancière et qui cadrent sa lecture de Deleuze dans une dialectique de la servitude et de la maîtrise. Il sera question de penser ce dialogue tendu que Rancière engage avec les textes deleuziens à travers le visionnage de quelques films de R. Bresson, de A. Hitchcock et de R. Rossellini et par la confrontation des textes que les deux philosophes y consacrent, pour enfin concevoir une possible réponse de Deleuze à Rancière.
 
Indications bibliographiques :
G. Deleuze, Cinéma 1, L’image-mouvement, Les éditions de Minuit, 1983.
G. Deleuze, Cinéma 2, L’image-temps, Les éditions de Minuit,1985.
G. Deleuze, Superpositions, Les éditions de Minuit, 1979.
J. Rancière, La fable cinématographique, Editions du Seuil, 2001.
J. Rancière, Les écarts du cinéma, La Fabrique éditions, 2011.
B. Aspe, Le partage de la nuit, Deux études sur Jacques Rancière, Nous, 2015.