GRANGÉ Ninon, Conflit et démocratie

Semestre 2
Jeudi 9h-12h
Licence ouvert Master
 
GRANGÉ Ninon
Conflit et démocratie
Intitulé générique : « Les représentations » (Clé Moodle : REPR)
 
Longtemps la démocratie a été perçue comme le régime de l’accord, du consensus et de l’entente. Pourtant, le rôle du conflit, de l’affrontement, y est aussi important que sa résolution, que celle-ci soit d’ordre constitutionnel ou conjoncturel. La démocratie serait alors ce régime particulier qui utilise le conflit pour le neutraliser, pour lui retirer sa charge délétère, aussi bien passée et présente qu’à venir. Sous la forme du débat contradictoire, le conflit participe de la communication entre les citoyens ; dans la théorie dite de la « démocratie radicale », l’antagonisme est intrinsèque au régime ; les évolutions récentes des législations d’exception concourent à un tournant autoritaire. On s’intéressera aux origines de la démocratie - régime dès le début dénigré –, à ses formes et pratiques (le tirage au sort neutralise-t-il le conflit que les élections réactivent ?) en se posant la question suivante : la démocratie tend-elle à surmonter continuellement le conflit ? Est-elle apaisement ou oubli du conflit ? Au contraire, la démocratie ne peut-elle se concevoir que prise dans des relations antagonistes ? Quelles sont les conséquences sur le politique en général ?
Des séquences de cours alterneront avec des moments consacrés à la lecture précise de textes courts.
 
Indications bibliographiques :
Arendt, Hannah, Qu’est-ce que la politique ?
Aristote, La politique
Habermas, Jürgen, L’espace public
Loraux, Nicole, La cité divisée
Manin, Bernard, Principes du gouvernement représentatif
Mouffe, Chantal, Le paradoxe démocratique
Platon, La République
Rancière, Jacques, La haine de la démocratie
Schmitt, Carl, La notion de politique