GINÉS Camila, IRRERA Orazio, L’empire de l’involontaire et la volonté de n’être pas gouverné

Semestre 1
Vendredi 15h-18h
Master
1ère séance : Vendredi 7 octobre 2022
 
GINÉS Camila, IRRERA Orazio
L’empire de l’involontaire et la volonté de n’être pas gouverné
 
Dans ce cours nous interrogerons le statut conceptuel et la portée philosophico-politique de la notion de volonté telle qu’elle apparaît dans la célèbre définition que Michel Foucault donne en 1978 de l’attitude critique comme « volonté de n’être pas gouverné ». Pour élargir son champ d’intelligibilité nous mettrons d’abord en évidence comment chez Foucault la volonté constitue le point de jonction de deux entreprises généalogiques apparemment distinctes : la généalogie du rapport d’obéissance caractérisant le pouvoir pastoral (et plus tard, quoique de manière différente, même « la conduite des conduites » dont consiste la gouvernementalité) et la généalogie de « la concupiscence », de « la chair » et de « l’homme de désir », visant à rendre compte de l’inscription dans « la structure permanente du sujet » d’un empire de l’involontaire – l’empire de ce qui se dérobe au commandement du sujet et de sa la volonté, d’un involontaire qui néanmoins demeure à la fois intrinsèque à la volonté même du sujet et condition de possibilité du gouvernement des hommes. Ensuite, on verra comment Foucault traite les rapports entre la volonté et l’involontaire à partir de l’émergence, au milieu du XIXe siècle, d’un dispositif médico-juridique qui, s’adossant aux pratiques pénales, intègre les expertises psychiatriques aux dispositifs de normalisation à travers la médicalisation des « maladies de l’instinct » censées être dangereuses pour la société. Cette singulière articulation du volontaire et de l’involontaire tout comme les problèmes qu’elle soulève permet en effet de décrire de manière plus riche et détaillée ce qui pour Foucault constitue la matrice gouvernementale de la subjectivation en Occident et qui délimite par conséquent même les horizons stratégiques d’action et d’invention dans lesquels peut s’exercer l’attitude critique.
 
Indications bibliographiques :
M. Foucault, Qu’est que la critique ? Suivi de La culture de soi, Paris, Vrin, 2015.
M. Foucault, Les anormaux. Cours au Collège de France. 1974-1975, Paris, EHESS/Gallimard/Seuil, 1999.
M. Foucault, Sécurité, territoire, population. Cours au Collège de France, 1977-1978, Paris, EHESS/Gallimard/Seuil, 2004.
M. Foucault, Du gouvernement des vivants. Cours au Collège de France, 1979-1980, Paris, EHESS/Gallimard/Seuil, 2012.
M. Foucault, Les aveux de la chair. Histoire de la sexualité, vol. 4, Paris, Gallimard, 2018.
M. Foucault, L’origine de l’herméneutique de soi. Conférences prononcées à Dartmouth College, 1980, Paris, Vrin, 2013.