Conférence. Silvana Rabinovich : Pourquoi et à partir de quelles expériences parler de ‘vulnér(ha)biletés’ ? 14 oct. 2021

Département de philosophie
Chaire internationale ArTeC – Octobre 2021
 
Silvana Rabinovich
(Université nationale autonome de Mexico)
 
« Pourquoi et à partir de quelles expériences parler de ‘vulnér(ha)biletés’ ? »
 
Le jeudi 14 octobre 2021
15h-18h
Amphithéâtre de la Maison de la Recherche (MR002)

Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis
(2 rue de la Liberté, 93200 Saint-Denis)
 

Répondants  : Éric Lecerf, Jules Falquet

 
 
Si le noyau de la subjectivité dans l’éthique hétéronome de Levinas est la vulnérabilité, comment se traduit-elle en termes politiques ? Hétéronomie en tant que « justice de l’autre » : plus exigeante que l’altruisme qui propose ma justice pour autrui (qui ne fait qu’imposer son propre concept de justice).
Dans cette traduction politique, d’après les expériences de vie et de travail de terrain dans les camps des réfugiés Saharaouis, on développera l’agencement bédouin de la vulnérabilité en tant que ‘vulner(ha)bileté’.
Cette interruption de la vulnérabilité par l’habileté dérive d’une autre interférence proposée par le géographe Brésilien Carlos Walter Porto Conçalves à propos des expériences de défense des territoires en Amérique Latine : r-existence.
On proposera ainsi la vulner(ha)bileté en tant qu’inspiration des différentes expériences de r-existence au Mexique, au Sahara Occidental et en Palestine telles que présentées lors de deux expositions réalisées au sein du Projet PAPIIT « Hététonomies de la justice » au Musée National des Cultures du Monde - INAH (Mexique) en 2018 (« De nomadismes et hospitalités : Comcaac et Saharaouis ») et en 2020 (« Mexicains, Palestiniens et Saharaouis : du même côté de murs différents »).
 

Silvana Rabinovich est chercheuse à l’Institut de recherches Philologiques (IIFL) de l’Université Nationale Autonome du Mexique (UNAM), et membre du Laboratoire d’études et de recherches sur les Logiques Contemporaines de la Philosophie (LLCP EA 4008) de l’Université de Paris 8.
Elle coordonne actuellement un projet de recherche sur les « Hétéronomies de la justice : territorialités nomades » (PAPIIT IN 401119, IIFL de l’UNAM). Elle a traduit de nombreux écrits français et hébreux en espagnol, et a dernièrement publié les ouvrages suivants : Trazos para una teología política descolonial, IIFL-UNAM, 2021 ; La Biblia y el drone. Sobre usos y abusos de figuras bíblicas en el discurso político de Israel, Rosario, Casagrande/Último recurso, 2020 ; Palabras nómadas en camino a una justicia del otro (coord.), IIFL, UNAM, CDMX, 2020 ; le livre de l’exposition Mexicanos, palestinos y saharauis : del mismo lado de muros diferentes, (coord.) IIFL, UNAM, 2021 ; Heteronomías de la justicia : de exilios y utopías (coord. avec R. Mondragón), Bonilla Artigas-UNAM-Paris 8/IDEFI-CréaTIC, 2019 ; le livre de l’exposition De nomadismos y hospitalidades : comcaac y saharauis (coedition avec le Museo Nacional de las Culturas INAH et l’Embassade de la République Arabe Saharaouie Démocratique), 2019 ; Interpretaciones de la heteronomía, UNAM, IIFL, Mexico, 2018 ; Retornos del Discurso del Indio (para Mahmud Darwish) (IIFL, UNAM – Apofis Ed, Mexique, 2017).

Image d’en-tête : Miguel Tovar (Affiche de l’exposition Mexicanos, palestinos y saharauis : del mismo lado de muros diferentes, 2021).