BRUGÈRE Fabienne, Habiter autrement le monde. Critique écoféministe du partage nature/culture

Semestre 2
Vendredi 15h-18h
Master
 
BRUGÈRE Fabienne
Habiter autrement le monde. Critique écoféministe du partage nature/culture
 
Traditionnellement, la possibilité d’habiter autrement le monde est incarnée par la figure de l’homme solitaire qui se retire hors de la civilisation pour méditer et renouer avec la vie sauvage à l’instar de Jean-Jacques Rousseau dans les Rêveries du promeneur solitaire. Les textes et les pratiques écoféministes portent autre chose : une terre habitée en commun dans le cadre d’une critique de la propriété et d’un appel à une économie de la subsistance. Une autre paysannerie est alors possible à partir du modèle du « prendre soin » et contre les formes contemporaines de l’extractivisme capitaliste.
Qu’en est-il de la nature dans ces textes mais aussi dans les luttes écoféministes très importantes dans le monde depuis les années 1970-80 (Inde, Amérique du Nord, Royaume-Uni, etc.) ? De quelle conception de l’écologie et du féminisme s’agit-il à travers un rapport au travail, à la communauté, aux formes de vie, à la nature et à la culture, à la critique de la modernité ? L’écoféminisme ne constitue-t-il pas une nouvelle utopie ?
 
Indications bibliographiques :
Emilie Hache (ed.), Reclaim. Recueil de textes écoféministes, Cambourakis, 2016.
Catherine et Raphaël Larrère, Du bon usage de la nature, Champs essais, 2009.
Bruno Latour, Face à Gaïa, la Découverte, 2015.
Carolyn Merchant, La mort de la nature, Wildproject, 2021.
Starhawk, Quel monde voulons-nous ?, Cambourakis, 2019.