LECERF Éric. Werner Herzog, un cinéma de l’excès

2019-2020
Semestre 1
Jeudi 15h-18h
Licence 3 (mutualisé avec le département de cinéma)

LECERF Éric
Werner Herzog, un cinéma de l’excès

Pour définir son cinéma, qui dès son origine a croisé fictions et documentaires, Werner Herzog a utilisé le concept de « vérité extatique ». À l’image de ce que Günther Anders pouvait écrire à propos d’une perception du réel qui ne saurait désormais s’effectuer sans un recours à l’imaginaire, Herzog s’est d’emblée employé à inquiéter le sens commun afin de mieux dévoiler des figures d’aliénation qui sinon demeureraient imperceptibles. Son cinéma, tant dans les documentaires que dans les fictions, relève ainsi d’un genre hybride qui trouve ses sources dans l’art de la fable, ce qui nous amènera à avoir recours dans nos analyses à des ressources méthodologiques héritées du structuralisme. Notre étude portera ici sur une figure récurrente du cinéma de Werner Herzog, le voyant, celui qui distingue les ruptures dans le cours normal du temps.
Ce séminaire sera validé par plusieurs exercices effectués en classe.

Indications bibliographiques :

  • Hervé Aubron & Emmanuel Burdeau : Werner Herzog, pas à pas Raymond Bellour : Le corps du cinéma
  • Valérie Carré : La quête anthropologique de Werner Herzog Werner Herzog : La conquête de l’inutile