Vous êtes ici : Accueil > Georges NAVET †
  • Georges NAVET †

    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
  • Professeur des Universités Émérite à l’Université Paris 8.

     

    Contact : navet.georges@orange.fr

     

    Curriculum vitae

    • Agrégé de philosophie (1972) ;
    • doctorat institué par l’arrêté du 5 juillet 1984 ; soutenu en avril 1987, en Sciences Politiques (Droit et science politique), à l’Université de Reims : De l’usage de Vico en France : le problème de la légitimité du droit civil (sous la direction de M. Miguel Abensour) ;
    • professeur à l’Ecole Normale de Troyes (Aube) de 1974 à 1982, puis à celle de Bonneuil sur Marne (Val de Marne) de 1982 à 1990 ;
    • chargé de cours de 1979 à 1983 à l’Université de Reims (Faculté de Droit et Sciences économiques) (le cours portait sur Les théories de l’État) ;
    • maître de Conférence à l’Université de Reims (Droit et Sciences politiques) de 1990 à septembre 2002 ;
    • directeur du Centre de Philosophie politique de la Faculté de Droit et Science politique (Reims) de 1991 à 2002 ;
    • participe de 1985 à 1988 à une recherche de l’INRP sur l’Institutionnalisation de la philosophie, recherche qui a donné lieu à la publication de La Philosophie saisie par l’Etat (cf. Publications) ;
    • co-responsable du Séminaire du Collège International de Philosophie Politiques de l’enseignement philosophique (selon une convention CIPH-INRP), 1985-1986 ;
    • dirige, pour 1986-1987, un séminaire du Collège International de Philosophie sur Le Code civil et le problème de son interprétation (Restauration et Monarchie de Juillet) ;
    • co-dirige de 1987 à 1990, avec Mme Rosemarie Férenczi et M. Jean-Paul Thomas, l’ “Atelier Proudhon” à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales ;
    • co-dirige de 1991 à 1999, avec Jean-Paul Thomas, un séminaire à l’Ecole des Hautes Etudes (Institut Raymond Aron) sur Pensée et mouvement socialistes au XIX° siècle en France ;
    • co-responsable avec Alain Garoux (CNRS) de la rédaction de la revue Politieia (Revue de théorie politique et de philosophie pratique) de 1998 à 2002 ; la revue est celle du Centre de Philosophie Politique de l’Université de Reims. Les numéros 1-2 portent sur Simon Nicolas Henri Linguet (1736-1794) - Politique, philosophie, économie et leur critique au XVIII° siècle ; les numéros 3-4 portent sur les Dissidentes ;
    • élu directeur de programme au Collège International de Philosophie (1 rue Descartes, Paris V°) en septembre 1995 ; responsable à ce titre d’un séminaire annuel et de l’organisation des Dialogues Philosophiques (séminaire organisé dans le cadre de la convention avec la Maison de l’Amérique Latine, en collaboration avec le Centre de Recherche Politique de la Sorbonne (CNRS/Université de Paris I) et l’Equipe Identité Philosophique Européenne) ; membre du Conseil du Collège de 1995 à 1999, et responsable des rapports avec l’Amérique Latine. Cette activité de directeur de programme s’est terminée en juin 2001 ;
    • membre du GERS (Groupe d’Etude sur les Représentations du Social), Unité associée au CNRS et dirigée par M. Jacques Rancière (unité 380), puis par M. Alain Badiou ;
    • soutenance de l’Habilitation à diriger des Recherches (Lettres et Sciences humaines) le 7 janvier 2002, sous le titre Le temps de l’émancipation. Les membres du jury sont, outre M. Abensour qui a dirigé ce travail, MM. Pierre Ansart, Dominique Colas, Pierre-François Moreau, Numa Murard et Alain Pons.
    • professeur (département de Philosophie, UFR 1) à Paris 8, septembre 2002 ;
    • responsable de la licence de philosophie, septembre 2003-2005 ;
    • responsable des équivalences, dans le cadre du Master Recherche et professionnalisant Philosophie et critiques contemporaines de la culture (2005-2014) ;
    • responsable du Master de philosophie (septembre 2005-2007) ;
    • responsable du Master de Philosophie en co-diplomation .avec l’URAP (Université de l’Amitié entre tous les peuples de Russie, Moscou) 2006-2012 ;
    • responsable du Master de philosophie (septembre 2010-2014) ;
    • co-responsable, avec Susana Villavicencio, de l’Action ECOS A08H03, Diversité culturelle, citoyenneté et démocratie en Argentine et en France : les défis de l’intégration et les figures politiques, juridiques et esthétiques de l’hétérogénéité, 2009-2011 ;
    • responsable de l’axe 1 de l’équipe du Laboratoire d’études et de recherches sur les logiques contemporaines de la philosophie (LLCP, EA 4008) rattachée à l’Ecole Doctorale Pratiques et théories du sens : Hétérogénéité des mondes et logiques de l’émancipation, 2007-2015.

     

    Axe de recherche :

    Le questionnement prend pour base trois objets principaux. Ces trois objets sont :

    1. La pensée de Giambattista Vico, dans la continuation de la thèse, et des traductions et articles déjà publiés. C’est notamment la question de la temporalité dans son lien avec l’histoire, avec l’imagination et avec la « poétique » de l’humanité qui est passée au premier plan.
    2. Le champ de tension que constituent les auteurs (du XIX° siècle notamment) qui ont pour caractéristiques communes d’essayer de penser la société post-révolutionnaire et d’en proposer un modèle à la fois social et politique, qu’ils soient réputés traditionalistes (Ballanche, Chateaubriand…), libéraux (Guizot, V. Cousin, Tocqueville, Renan…), républicains (Michelet, Quinet) ou socialistes (Leroux, Proudhon, Ferrari…), qu’ils soient philosophes, historiens, romanciers, poètes ou simplement “publicistes”.
    3. Le champ agonistique que produit à l’heure actuelle la remise en question de concepts comme ceux de “monde”, de “société civile”, de “nation”, d’“humanité”, etc., confrontés à ceux d’hétérogénéité, de pluralité ou de diversité par exemple.

    Le questionnement porte sur les processus d’émancipation, considérés :

    1. sous l’angle du type de temporalité qu’ils génèrent, soit du point de vue historique, soit du point de vue individuel, soit au croisement des deux. La réexploration des grandes doctrines ou des grands moments émancipateurs vise moins à leur réactivation pure et simple qu’au repérage de leurs ambiguïtés, de leurs éventuelles apories, de leurs tensions internes mesurées à l’aune de l’éclairage qu’elles peuvent apporter au présent.
    2. sous l’angle des imaginaires et des fictions (poétiques ou juridiques) qui les précèdent, les accompagnent ou les annoncent pour les traduire, les enrichir ou les appauvrir, les orienter ou les égarer, qu’il s’agisse d’imaginaires utopiques ou d’imaginaires littéraires.

    Les deux axes se croisent au moins sur plusieurs points : la question du temps (ouvrir ou ré-ouvrir le présent à l’avenir et au passé), la question des fictions, et celle de l’éducation.

     

    Publications : (des cinq dernières années).

     

    Direction d’ouvrages et de numéros de revues :

    • Dictionnaire Proudhon, co-direction de l’ouvrage avec Chantal Gaillard (éd. Aden, avril 2011, 560 p.)
    • Lerminier, Corpus, revue de philosophie, n° 60, 2011
    •  Le trentenaire de la Société P.J. Proudhon, Archives proudhoniennes (Bulletin annuel de la Société P.J. Proudhon), 2012 (Présentation et article Pierre Ansart : Proudhon, Textes et Débats)
    • Diversité culturelle et figures de l’hétérogénéité, co-direction avec Susana Villavicencio. France. L’Harmattan, 244 p., 2013.

     

    Chapitres d’ouvrages et articles d’actes de colloques.

    • Féodalité industrielle (féodalité capitaliste), in Chantal Gaillard / Georges Navet. Dictionnaire Proudhon, Editions Aden, Bruxelles (Belgique), pp.305-311, 2011.
    • Raison, in Chantal Gaillard / Georges Navet, Dictionnaire Proudhon, Editions Aden, Bruxelles (Belgique), 2011, p. 417-428.
    • Science, in Chantal Gaillard / Georges Navet, Dictionnaire Proudhon, Editions Aden, Bruxelles (Belgique), 2011, p.473-484.
    • La colonisation intérieure, in Alejandro Bilbao (Pontifica Universidad Catolica), Creacion, Identitad y Mundo en los estados de la globalizacion. Campo psiquico y lazo social., Ed. Universitarias de Valparaiso, Chili, 2011, p.221-234.
    • Trabajo y emancipacion, in Claudia Guttierez, Alan Martin, Carlos Ruiz, Patrice Vermeren. Pasado y presente de la educacion publica miradas desde Chile y Francia, Catalonia (Santiago, Chili), 2011, p.95-110.
    • Présentation, in Corpus revue de philosophie, n° 60 : Lerminier, 2011, p.5-17.
    • Lerminier et les révolutions, in Corpus revue de philosophie n° 60, 2011, p.97-117.
    • Une pensée en héritage. TDC (Textes et Documents pour la Classe), n° sur Jean-Jacques Rousseau, SCEREN-CNDP, 2012, pp.16-19.
    • Error ferrino, in Estudios. Filosofia Practica e Historia de las Ideas. Revista anual de la Unidad de Filosofia Practica e Historia de las Ideas. INCIHUSA-CONICET, Ano 12 (n°13), 2012, p. 25-38.
    • Du vrai dans le De nostri temporis studiorum ratione de Vico, in Marco Vanzulli, Razionalitè et Modernità in Vico, Mimesis edizione, Milano, 2012, pp.9-20.
    • P.J. Proudhon : Pluralism, Justice and Society, in Julian Wright, H.S. Jones (ed.), Pluralism and the Idea of the Republic in France, Palgrave Macmillan, London, ap. 2012, p. 85-98.
    • Préface, préface à La confusion des valeurs, de M. Hassan Khalil, Dar-Al Farabi, Beyrouth (Liban), 2012, pp.9-11.
    • Georges Canguilhem. Pacifisme, justice et résistance, in Louise Ferté, Aurore Jacquard, Patrice Vermeren, La formation de Georges Canguilhem. Un entre-deux guerres philosophique, 2013, Hermann Philosophie, Paris, pp.71-84.
    • Introduction, en collaboration avec Susana Villavicencio (UBA, Buenos Aires), in Georges Navet Susana Villavicencio, Diversité culturelle et figures de l’hétérogénéité, L’Harmattan, 2013, pp.9-18.
    • Au risque de l’hétérogène, in Georges Navet - Susana Villavicencio. Diversité culturelle et figures de l’hétérogénéité, L’Harmattan, 2013, pp.191-204.
    • La figure du travailleur dans le "De la justice…" de P.-J. Proudhon, in Archives proudhoniennes : Proudhon et les identités ouvrières, Société P.J. Proudhon éd., 2014, pp.23-36.
    • Vigilar y despertar. in Claudia Gutierrez, Carlos Ruiz-Schneider, Patrice Vermeren. Critica, utopia y politica. Lecturas de Miguel Abensour, NADAR, Santiago (Chili), p. 25-28.
    • El metodo de la utopia, in Claudia Gutierrez, Carlos Ruiz-Schneider, Patrice Vermeren. Critica, utopia y politica. Lecturas de Miguel Abensour, NADAR, Santiago (Chili), 2014, p. 39-52.
    • La funeste rencontre, in Jean-René Garcia, Denis Rolland, Patrice Vermeren, Les Amériques, des constitutions aux démocraties. Philosophie du droit des Amériques, La Maison des sciences de l’homme, 2015, p. 175-190.
    • More Leibniziano : Leroux et la mer retentissante, in Descartes et Leibniz au XIX° siècle, mis en œuvre par Lucie Rey, Corpus, revue de philosophie n° 68, 2015, p. 101-118.
    • Proudhon et la Déclaration des Droits de l’homme et du citoyen, in Revue d’études proudhoniennes, n° 1, 2015, http://www.proudhon.net/#/numero-12015/1004573979, p. 53-63
    • Ferrari fédéraliste, in Revue d’études proudhoniennes, n° 2, 2016, http://www.proudhon.net/#/numero-22016/2004583719, p. 14-27.
    • Les échanges entre Michelet et Proudhon : fédérations ou fédéralisme ? in Revue d’études proudhoniennes, n° 2, 2016, http://www.proudhon.net/#/numero-22016/2004583719, p. 84-102.
    • Les républiques démocratiques de Vico, in The Vico Road, Nuovi percorsi vichiani, a cura di Monica Riccio, Manuela Sanna e Levent Yilmaz, Studi vichiani, Edizione di storia e litteratura, Roma, 2016, p. 131-143.
    • Pierre Leroux : de la fraternité à la solidarité, in La fraternité renouvelée, sous la responsabilité de Jorge Riba et Patrice Vermeren, La philosophie en commun, L’Harmattan, janvier 2017.
    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
    • retour en haut de la page