POURHOSSEINI Behrang. L’art participatif (origines, problématiques, et enjeux)

2019-2020
Semestre 2
Jeudi 15h-18h
Licence, Master

POURHOSSEINI Behrang
L’art participatif (origines, problématiques, et enjeux)

L’intégration de plus en plus courante de l’artiste dans le tissu de la relation sociale, le désir d’estomper la distinction entre performeurs et spectateurs, le recours à la puissance mythique de l’art en vue de fonder une communauté par l’art, sont des pratiques et des idées qui s’inscrivent dans une longue histoire. L’art à vocation communautaire doit être abordé sous le prisme d’une logique qui déborde le cadre du courant communément appelé l’art participatif ces dernières années.
Nous suivons deux axes indissociables dans ce cours : nous abordons d’un côté le commun comme relevant du poétique, de l’esthétique, ou de l’artistique. Nous étudions d’un autre côté l’art comme un moyen de donner forme, rassembler, ou esthétiser un peuple. En d’autres termes, il s’agit, d’un côté, d’étudier la communauté elle-même comme un produit artistique et, de l’autre, de nous interroger sur les répercussions, dans l’art contemporain, de la dérive romantique de « l’art souverain ».
Attention : ce n’est pas un cours d’histoire de l’art. Nous visons à faire dialoguer les courants artistiques avec les idées, en mobilisant une lignée philosophique qui va des romantiques allemands à (entre autres) Nancy et Rancière.

Indications bibliographiques :

  • Bishop Claire, Artifical Hells, Participatory Art and the Politics of Spectatorship, London, verso, 2012.
  • Didi-Huberman Georges, Peuple exposé, peuple figurant, L’œil de l’histoire, 4, Paris, Minuit, 2010.
  • Glissant Edouard, Poétique de la relation, Poétique III, Paris, Gallimard, 1990.
  • Lacoue-Labarthe Philippe, et Nancy Jean-Luc, Le mythe nazi, L’Aube, La Tour d’Aigues, 1991.
  • Nancy Jean-Luc, La communauté désœuvrée, Paris, Christian Bourgeois, 1983.
  • Rancière Jacques, Le spectateur émancipé, Paris, La fabrique, 2008.