KISUKIDI NADIA YALA, Du retour : philosophies de la diaspora

2020-2021 — Semestre 2
Mardi 15h-18h
Master

KISUKIDI NADIA YALA
Du retour : philosophies de la diaspora

Penser l’idée de « diasporas », c’est penser des histoires de migrations, des récits attachés à la mémoire d’un sol, d’une terre, qui rappellent l’exil, l’arrachement, mais parfois, aussi, des départs et des dérives volontaires. Dans les mondes de l’Atlantique noir, les expériences de l’esclavage et de la déportation vers les terres américaines et caribéennes se sont accompagnées de vastes entreprises politiques et théoriques défendant le retour des déportés vers un continent matriciel, l’Afrique. Comment penser la revendication d’un tel ancrage ? N’apparaît-il pas contradictoire avec l’idée même de diaspora ? Le terme « diaspora », terme difficile à manier, rend compte de l’histoire de groupes humains (peuple, communauté...) qui vivent en dispersion, qui développent un mode d’exister transnational. Il faut ainsi penser la diaspora comme une unité qui se « diffracte » (Glissant) et se multiplie. Et dans chacune de ces multiplications, chacun de ces reflets, l’origine n’est plus rien de substantiel. Simple trace, qui rappelle le lieu natal, déjà lointain, et qui justifie, avec plus ou moins de cohérence, les processus de reconnaissance à travers lesquels les diasporas pensent et /ou fantasment leur unité. L’enjeu de ce séminaire consistera à analyser les pensées du retour qui traversent les archives de l’Atlantique noir et à mettre en tension, à partir d’elles, l’idée de diaspora. Quelles conceptions de la « terre » et de l’« identité » traversent de telles pensées ? Comment s’y déploie la référence à l’« origine » et au « natal » ? L’idée même de « diaspora » apparaît-elle pertinente pour penser l’histoire, violente, des migrations hors d’Afrique liées à la traite Atlantique ?

Indications bibliographiques :

  • Giulia Bonacci, Exodus ! L’histoire du retour des rastafariens en Ethiopie, Paris, Scali, 2007.
  • Stéphane Dufoix, La dispersion, Paris, Editions Amsterdam, 2011.
  • Paul Gilroy, L’Atlantique noir, Paris, Éditions Amsterdam, 2017.
  • Saidiya Hartman, Lose your mother : a journey along the atlantic slave route, New York, Farrar, Straus and Giroux, 2007.
  • Richard Marienstras, Être un peuple en diaspora, Paris, Les prairies ordinaires, 2014.