COHEN-HALIMI Michèle. Contribution à la généalogie de la morale Un écrit polémique pour compléter et éclairer Par-delà bien et mal

2019-2020
Semestre 1
Mercredi 9h – 12h
Licence, Master

COHEN-HALIMI Michèle
Contribution à la généalogie de la morale Un écrit polémique pour compléter et éclairer Par-delà bien et mal

Publié en juillet 1887, Contribution à la généalogie de la morale (GM) paraît un an après Par-delà bien et mal (PBM), qui avait pour sous-titre : Prélude à une philosophie de l’avenir. L’avenir ouvert par Par-delà bien et mal passe donc l’épreuve d’une polémique et surtout d’une lutte contre les philosophies dominantes qui n’ont jamais considéré la morale comme un problème. Se couper de ce problème, c’est empêcher ou interrompre le récit généalogique. La loi morale et l’évidence présumée de la morale ont rendu les philosophes intolérants à l’histoire de la morale. Le geste critique s’accomplit ainsi chez Nietzsche dans la méthode généalogique. « La généalogie ne s’oppose pas à l’histoire comme la vue altière et profonde du philosophe au regard de taupe du savant ; elle s’oppose au déploiement métahistorique des significations idéales et des indéfinies téléologies. » (Foucault, « Nietzsche, la généalogie, l’histoire »).
Le séminaire aura deux enjeux : d’une part, démontrer pourquoi on ne peut pas découpler les deux livres PBM et GM, et, d’autre part, évaluer les enjeux d’une redéfinition de la critique par la méthode généalogique.

Indications bibliographiques :

Une bibliographie critique sera donnée au début du premier cours.

Les deux livres de Nietzsche doivent être lus dans la traduction de Patrick Wotling en collection « GF », Flammarion. Pour la GM, aucune autre traduction que la sienne n’est lisible (c’est-à-dire dénuée de contresens) en français.