BARRA-JOVER Mario. Philosophie du Langage

2019-2020
Semestre 1
Jeudi 11h30-14h (mutualisé avec Sciences du Langage)
Licence, Master

BARRA-JOVER Mario
Philosophie du Langage

Savoir ou croire qu’une phrase est vraie ou fausse fait partie de tout processus de communication. Tout locuteur d’une langue fait appel de façon intuitive à cette opposition pour accorder un sens à ce qu’il entend et pour réagir en conséquence. Or, d’un point de vue philosophique (notamment dans le cadre de la philosophie analytique qui aborde les problèmes par le biais du langage), la notion de « vérité » n’est pas simple à établir. Dans l’approche « réaliste » (celle fixée par Aristote), le vrai et le faux correspondent à l’être et au non-être. Bien que restant la croyance dominante, cette correspondance a été mise en question par une approche « antiréaliste » (souvent appelée « sceptique ») depuis les philosophes présocratiques jusqu’à nos jours.
Dans ce cours nous allons adopter ce dernier chemin. Nous le ferons à travers les jeux de langage de Wittgenstein, la Convention T de Tarski pour les langages formels et son extension par Davidson aux langues naturelles. Cette approche « sémantique » de la vérité (opposé à « épistémique ») va nous amener à d’autres problèmes comme celui du cerveau / esprit, celui des mondes possibles ou celui de l’objectivité des énoncés scientifiques.

Indications bibliographiques :

  • Davidson, Donald (1984). Inquiries into Truth and Interpretation. Oxford : OUP (trad. Enquêtes sur la vérité et l’interprétation. Paris : Jacqueline Chambon, 1991).
  • Tarski, Alfred (1956). The Concept of Truth in Formalized Languages. In Logic, Semantics, Metamathematics. New York : Oxford UP.
  • Wittgenstein, Ludwig (1953). Recherches philosophiques. Paris : Gallimard.