Vous êtes ici : Accueil > 2017.06.08. UN NOUVEAU REGARD SUR (...)
  • 2017.06.08. UN NOUVEAU REGARD SUR LA SOLIDARITÉ ? Journées d’études (...)

    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
  •  

     

    Journées d’études franco-catalanes : "un nouveau regard sur la solidarité ?"

     

    Le Département de Philosophie de l’Université Paris 8 et le Laboratoire d’études et des recherches sur les « Logiques contemporaines de la philosophie » avec le Département de Philosophie de l’Université Autonome de Barcelone (Equipe de recherche : Justice et Démocratie : vers un nouveau modèle de solidarité, financée par le Ministère de l’Economie et Compétitivité de l’Espagne et la Chaire de philosophie contemporaine de l’Université de Barcelone), la Fondation Maison des Sciences de l’Homme et le Grecol-AL

     

    Organisent le 8 et le 9 juin 2017

    À la grande salle de la Maison Suger-Fondation Maison des Sciences de l’Homme (Fmsh) (16-18, rue Suger 75006 Paris - Métro Saint-Michel ou Odéon), le 8 juin

    et

    À l’Université Paris8 – salle C 103, Métro Saint Denis-Université, le 9 juin

    Deux Journées d’études sur la question :

    « Un nouveau regard sur la solidarité ? »

    sous la responsabilité de Laura Llevadot (UB/LLCP), Àngel Puyol (UAB), Jordi Riba (UAB/LLCP) et Patrice Vermeren (Paris8/LLCP)

     

    Jeudi 8 juin : Solidarité et socialité.

    9h45. Présentation des journées.

    10h. Jean-Louis Laville, CNAM, L’Économie sociale et solidaire. 


    10h.30 Fabienne Brugère, Université Paris8-LLCP, Solidarité et hospitalité.

    11h. Véronique Munoz-Dardé, University College/Berkeley, Solidarité et théorie de la justice.

    Président de séance : Patrice Vermeren, Université Paris8-LLCP et Agostina Weler, UBA/ Université Paris 8-LLCP.

    12h. Carlos Pérez, Université du Chili, Jeux d’enfance, grève et autres figures pour penser le temps de l’action solidaire".

    12h30. Emmanuel Gléveau, Université Paris 8, La solidarité, entre l’activité et la morale.

    Présidente de séance : Laura Llevadot, Université de Barcelone, et Nelson Vallejo-Gomez (FMSH).

     

    Vendredi 9 juin : Solidarité et développement politique.

    9h30. Georges Navet, Université Paris8-LLCP, L’Ismael de Herman Melville et la corde à singe.

    10h. Àngel Puyol, Univ. Aut. de Barcelone, Solidarité moderne : la version light de la vieille fraternité politique.

    10h30. Jordi Riba, Univ. Aut. de Barcelone-LLCP, Solidarité et démocratie insurgeante.

    Présidents de séance : Senda Sferco (Université del Litoral, Santa Fe) et Alejandro Bilbao (Université Andres Bello, Santiago de Chile)

    11h. Lorena Souyris, CNRS, La vulnérabilité et l´émancipation : au croisement pour penser la solidarité.

    11h 30. Patrice Vermeren, Université Paris8-LLCP. Une philosophie politique de la solidarité est-elle possible ?

    et Gustavo Celedon, Université de Valparaiso, Solidarité-Egalité

    12h. Marcelo Raffin, Université de Buenos Aires-CONICET. Foucault, la solidarité, la politique.

    Présidentes de séance : Cristina Lopez, UNSAM Buenos Aires et Jordi Riba, Université Autonome de Barcelone

    12h.30 Table ronde : Espaces et nouvelles politiques ? 

    Intervenants : Elias Emir, Mariam Catalinna Shengelia, Gisele Amaya Dal Bó, Denis Kaidi, Martín Macías Sorondo, LLCP Université Paris 8 et Casa de filosofia, Montevideo.

    Présidents de séance : Mariela Avila ((Université Catholique Silva Henriquez, Chili) et Fedra Cuestas (Université Andres Bello)

    14h30 Table ronde : Représentation, identité, responsabilité et sécurité.

    Intervenants : Jelson Roberto de Oliveira, Ericson Savio Falabretti, Cesar Candiotto, Alexandre Franco de Sá. Présidents de séance : Francisco Verardi Bocca, Université Pontificale Catholique du Parana, et Mercedes Risco Université de Tucuman.

    Argumentaire

    La solidarité est une valeur croissante, mais actuellement soumise à diverses transformations. C’est une valeur croissante parce que la crise actuelle a souligné la nécessité d’affirmer des principes et des valeurs pour aider à alléger les pires maux de la société individualiste et mercantile d’aujourd’hui. Et il est sujet à des changements parce que les valeurs morales et sociales qui dérivent de cette société individualiste et mercantiliste érodent et changent l’idée même de solidarité.

    Dans ce nouveau scénario de contradictions et de changements sociaux, il faut repenser le concept de solidarité et voir s’il est possible d’aider à surmonter et comment les problèmes que la démocratie et les théories actuelles de la justice ne peuvent résoudre ; À savoir les énormes inégalités sociales et économiques compatibles avec une conception de la justice fondée sur la responsabilité individuelle et le manque de raisons pour certains individus de répondre aux besoins fondamentaux des autres.

    Le but de ces Journées sera de se demander si la solidarité peut aider à surmonter ces problèmes pourvu qu’elle soit conçue comme un principe de justice (avec la liberté et l’égalité) et non comme un simple complément ? La solidarité doit-elle être conçue comme un élément constitutif de la démocratie et non comme un ajout superflu à ce qui définit une société démocratique ?

    D’autres questions seront à analyser :

    1. Comment l’idée de solidarité évolue-t-elle dans le contexte actuel, dominé par la crise économique, le déclin de l’Etat-providence et la perception individualiste croissante des risques sociaux ?

    2. Une fois clarifié le sens factuel et normatif de la solidarité, peut-elle trouver sa place dans une théorie de la justice engagée non seulement dans la liberté individuelle et l’égalité des droits et des chances, mais aussi dans l’inclusion sociale et à l’émancipation sociale.

    3. Vérifier comment la solidarité est un élément inséparable de la démocratie. Les deux formes de participation démocratique et ses résultats ne doivent pas être compris sans le respect du principe de solidarité et des droits et devoirs sociaux et économiques qu’il comporte.

    4. Analyser le rôle qui peut et doit jouer la solidarité dans le contexte de la mondialisation, en tenant compte de divers conflits, tels que les exigences éthiques des devoirs moraux particuliers à ceux qui sont les plus proches ou l’extension des devoirs de justice au-delà des Etats-nations dans le débat sur la justice mondiale.

    5. Analyser toutes ces questions dans divers domaines de la vie sociale, tels que la santé, le travail, l’immigration, les médias et les relations inter-territoriales et inter-générationnelles.

    Jordi Riba.

    Solidarity is a rising value, but at present is subject to various transformations. It is a rising value because the current crisis has highlighted the need to assert principles and values to help alleviate the worst evils of today’s individualistic and mercantile society. And it is subject to changes because moral and social values that are derived from that individualistic and mercantilist society are eroding and changing the very idea of solidarity.

    In this new scenario of contradictions and social changes, it is necessary to rethink the concept of solidarity, and see whether it is possible to help overcome, and in what way, the problems that democracy and current theories of justice cannot solve ; namely, the enormous social and economic inequalities compatible with a conception of justice based on individual responsibility, and the lack of reasons for some individuals to meet the basic needs of others.

    The aim of the workshop is : Can solidarity help overcome these problems provided that it is intended as a principle of justice (with liberty and equality), not as a mere complement to it ? Should solidarity be conceived as a constitutive part of democracy, not as a superfluous addition to what defines a democratic society ?

    Another questions to analyse :

    1. How the idea of solidarity is changing in the present context, dominated by the economic crisis, the decline of the welfare state, and the increasing individualistic perception of social risks.

    2. Once clarified the factual and normative sense of solidarity, to find its place in a theory of justice committed not only to individual freedom and equal rights and opportunities, but also to social inclusion and social emancipation.

    3. To check how solidarity is an inseparable part of democracy. Both forms of democratic participation and its results should not be understood without respect for the principle of solidarity and the social and economic rights and duties that it entails.

    4. To analyze the role that can and must play solidarity in the context of globalization, taking into account various conflicts, such as the ethical demands of special moral duties to those closest, or the extension of the duties of justice beyond nation-states (within the debate on global justice).

    5. To analyze all these issues in various areas of social life, such as health, labour, immigration, the media, and the inter-territorial and intergenerational relationships.

     Jordi Riba

    NB La participation à ces journées d’études est partie prenante de la validation du cours de Patrice Vermeren : Philosophie et socialisme : L’Homme médiocre

    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
    • retour en haut de la page