Vous êtes ici : Accueil > Plinio PRADO
  • Plinio PRADO

    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
  •  

    plinio.prado@univ-paris8.fr

     

    Philosophe, docteur d’État, enseigne au département de philosophie de l’université de Paris 8.

    MC-HDR Critique du jugement et philosophie des jeux de langage. Analytiques de l’affectivité (esthétique transcendantale et métapsychologie). Éros, enseignement et pratiques de soi. Écriture (philosophique, littéraire, cinématographique) et « techniques » de l’existence. Philosophie critique de l’Université 

     

     

     

    Son travail s’attache à élaborer une pensée du langage qui, après Wittgenstein notamment, accueille la question des limites de l’exprimable et ouvre sur l’expérience de la « littérature ». Celle-ci s’avère être elle-même structurellement liée à la question de l’ethos et de la tekhnè de vie ou « art de l’existence ». De cette relation intime entre « littérature », ethoset stylistique d’existence, il s’ensuit l’élaboration d’une éthique du soi comme un autre, et de la philosophie comme therapeia : ascèse, travail sur soi, « étho-poétique ». Soit : une ligne générale de résistance à l’annexion contemporaine des intimités.

     

     

     

    Ce travail, en cours, a donné lieu à de nombreuses études publiées. Elles portent sur l’analytique de la psyché, de l’affectivité et des jeux de langage, ainsi que sur les ressources de l’écriture et du style (littéraire, philosophique, d’existence). Elles ouvrent sur un art de juger, c.-à-d. de discerner in situ « sans concept » (Kant), sans « technique » (Freud) ou « sans règle » (Wittgenstein) le ton juste (y compris celui d’un silence), que ce soit en matière d’art, de vie inconsciente de l’âme ou d’éthique, de justesse des expressions ou de justice des actions (« accueillir la révolte de la même façon qu’une oreille musicienne reconnaît la note juste », disait Genet).

     

     

     

    Le jugement s’y exerce réflexivement à l’occasion d’« objets » divers : la « pensée française » contemporaine (Lyotard, Foucault, Derrida...), les pragmatiques de la communication anglo-saxonne et allemande (speech-acts theory, Habermas, Jauss...) ; l’exercice originaire de la philosophie comme thérapeutique de l’âme et manière de vivre (à l’encontre des « professeurs de philosophie » modernes) (Nietzsche, Wittgenstein, Hadot...) ; l’anti-herméneutique de la Deutungskunst analytique (Freud, Laplanche...) ; la « littérature pure », « sine materia », comme exercice spirituel (de Flaubert et Proust à Pessoa, Lispector et Beckett) ; ainsi que le Brésil et l’Europe, la condition unheimlich de l’« être étranger chez soi » et la « globalization ».

     

     

    Parues dans la Revue des Sciences HumainesPhilosophy Today (Chicago), La Part de l’Oeil (Bruxelles), Rue Descartes (Collège international de philosophie / P.U.F.), Hermès (CNRS, Paris), L’Exercice du différend (P.U.F.), Kants Ästhetik (Berlin / New York), etc., ces études restent éparpillées aujourd’hui.

     

     

     

     

     

    En voici une bibliographie sélective :

     

     

     

    « Jeux de langage et théorie de la communication. Wittgenstein et Habermas », Hermès (CNRS, Paris), 1 (1988).

     

     

    « Ser estrangeiro em sua terra / être étranger chez soi. A questão da arte face à política da cultura », Cadernos de Filosofia, 2 (Rio de Janeiro 1989).

     

     

    « Die Notwendigkeit des Zufälligkeit. Über Lyotards ’Nach’ Wittgenstein », Lyotard. Denker des 20. Jahrhunderts, Junghans-Verlag, Cuxhaven 1989.

    « O impronunciável. Observações sobre um fracasso sublime (Clarice Lispector et l’analytique kantienne) », Remate de Males (Unicamp, São Paulo 1989).

     

     

     

    « Les Ancêtres déchus », Brésil, Bibliothèque du Voyageur, Gallimard, Paris 1991.

    « The concealed Art of Language : Fragments on the Young Nietzsche », Journal of Nietzsche Studies, London 1991.

     

     

     

    « The Necessity of Contingency. Remarks on Linkage », L’Esprit Créateur (Houston, Texas 1991).

    « Argumentation and Aesthetics : Reflections on Communication and the Differend », Philosophy Today (De Paul University, Chicago), 4 (1992).

     

     

     

    « L’espace public à l’épreuve du tournant esthétique », Raisons pratiques (EHESS, Paris), 3 (1992).

     

     

     

    « De l’art de juger. Remarques sur le visage, l’aspect et le ton (Wittgenstein, la “philosophie de la psychologie” et la Critique du jugement) », La Part de l’Œil (Bruxelles), 8 (1992).

     

     

     

    « Le partage de la sensibilité. Essai sur les limites de l’argumentation », Hermès (CNRS, Paris), 10 (1992).

     

     

     

    « La résistance artistique », Revue des Sciences Humaines, n° spécial sur Th.-W. Adorno, 229 (1993).

     

     

     

    « Fragments sur la crise et la critique », A propos de « La Critique » , D. Chateau (dir.), L’Harmattan, Paris 1994.

     

     

     

    « Le reste d’enfance », suivi de : « Agonie », une réponse de J.-F. Lyotard, Études Littéraires, Université Laval, Canada 1994.

     

     

     

    « L’art et l’Europe, pourquoi ? » (argument du colloque international « De l’art à l’heure de l’Europe », organisé par l’auteur au Palais du Conseil de l’Europe, 1993), Philosophie, philosophie, 5 (1994).

     

     

     

    « Observations sur les ruines de la Publicité », Prendre place. Espace public et culture dramatique, Colloque de Cerisy, éditions Recherches, Paris 1995.

     

     

     

    « Sistere (Proust et l’aspect tonal) », De la résistance, Rue Descartes (Collège international de philosophie / Albin Michel, Paris), 15 (1997).

     

     

     

    « Argumentation et esthétique, réflexions sur la communication et le différend », Habermas, la raison, la critique, C. Bouchindhomme et R. Rochlitz (dir.), Cerf, Paris 1997.

     

     

     

    « Après la maison » (architecture, crise de l’habitat et Unheimlichkeit), Exposé, 3 (1997).

     

     

     

    « Politiques du jugement : la Troisième Critique, de Schiller à Adorno », Colloque de Cerisy, Kants Ästhetik, Walter de Gruyter Verlag, Berlin / New York 1997.

     

     

     

    « Les gestes de l’intonation. Fragments sur Wittgenstein après Kant », Sens et phénomène, philosophie analytique et phénoménologie, Rue Descartes (Collège international de philosophie / P.U.F.), 29 (2000).

     

     

     

    « La dette d’affect », L’exercice du différend – J.-F. Lyotard, D. Lyotard, J.- Cl. Milner et G. Sfez (orgs.), Collège international de philosophie / P.U.F., Paris 2001.

     

     

     

    « Mail sur le temps qu’il fait », La ville en continu, L. Gwiazdzinski (org.), Datar / éditions de l’Aube, 2002.

     

     

     

    « Inscrire, à l’épreuve du technologique. Le corps entre l’art et l’artefact », Théâtre et nouvelles technologies, L. Garbagnati, P. Morelli (dir.), éditions universitaires de Dijon, 2006.

     

     

     

    « Peut-on apprendre à vivre ? Wittgenstein et le problème de l’enseignement de la philosophie », in colloque international Wittgenstein in Confrontation, sous la dir. d’A. Soulez, Paris 2006.

     

     

     

    « Dépaysage. Variations sur le désastre de la chair », Voies Express, 2 (2006).

     

     

     

    « Exercice de dépropriation. Pessoa, la littérature et la philosophie », suivi de : Choix et traduction de poèmes de la coterie pessoenne : Caeiro, Campos, Pessoa, Cahiers Critiques de Philosophie, 3 (2006).

     

     

     

    « Entre-deux. (Distentio est vita mea : Augustin – Beckett – Cage…) », In Bettween, Livraison, revue internationale d’art contemporain, 9 (2007).

     

     

     

    « Talking cure : une technique de l’aveu ? Foucault, l’inconscient et le sexuel », conférence au séminaire sur « L’aveu » d’A. Brossat et M. Kullashi, Maison des Sciences de l’Homme, Paris, mai 2007.

     

     

     

    De l’art de juger. Aspect, affect, écriture : Wittgenstein après Kant et Freud, Bibliothèque de l’Université de Paris VIII, 1998 (nouvelle version, à paraître).

     

    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
    • retour en haut de la page